lundi 3 septembre 2007

Parce que je m'aime

Narcisse :
Ce terme provient du mythe grec de Narcisse.
Dans la mythologie grecque, Narcisse était un jeune homme dont s'éprit la nymphe Echo. Comme Echo ne savait que répéter la dernière syllabe des mots qu'elle entendait, elle fut incapable de lui exprimer son amour. À défaut de pouvoir lui parler, pour entrer en contact avec lui, elle voulut le toucher. Après qu'il eût repoussé ses avances, elle mourut. Face à cette impossible communication, Narcisse se croit indigne d'amour et incapable d'aimer. Il veut se retrouver en regardant le reflet de son visage dans une mare. À force de soupirer après son image, sans échange humanisant de paroles vivantes, il finit par mourir... Il fut transformé en un narcisse, la fleur qui porte son nom.
Le narcissisme désigne communément l'amour qu'une personne vit pour elle-même. Une telle sollicitude envers soi-même est le fondement d'une bonne santé. Toutefois, lorsque l'investissement de soi devient fermé et figé, il génère chez l'individu une tendance à tout interpréter en fonction de sa propre personne. La psychologie définit le narcissisme comme une fixation affective sur soi-même.
Freud qui a introduit le concept, parle de narcissisme primaire sain, pour désigner une période de l'enfance où le bébé investirait exclusivement son "moi", par ailleurs mal différencié de celui de l'objet. Ce narcissisme primaire est actuellement vu comme une fiction théorique qui a donné lieu à nombre de débats (cf. [les écrits de Jean Laplanche, etc). Le « narcissisme secondaire » désignerait lui un investissement libidinal du moi qui se fait au détriment de l'investissement libidinal d'objet. Il repose sur un moi différencié ce qui le distingue du narcissisme primaire. Dans les cas les plus graves, cet investissement se fait dans un circuit fermé, Freud pensait d'ailleurs que la schizophrénie était une modalité du narcissisme.

Source : wikipédia

Le "je" du titre est juste une formulation littéraire, par contre "je" (dans le vrai sens de moi) ai une véritable obsession pour ces narcisses modernes.
Je me pose plein de questions sur les motivations, le plaisir ressenti par ces médiatisations globales, mondiales et en même temps anonymes et
confidentielles.
Le quart d'heure de célébrité mondiale d'Andy Warhol...

PS : Non, fcranck, il n'y a aucune allusion, ni dans ce post, ni dans la dernière citation, à Ikare

6 commentaires:

fcrank a dit…

ça fait quand même un post supplémentaire où tu arrives à parler d'Ikare ;-)

ikare a dit…

Moi aussi je jouais à ça : placer "vélib" dans 4 billets à la suite! :p :p :p

Jean-Michel a dit…

bon... petite fixette sur lui, je dois avouer... je vais te désensorceller ! Ikare sort de là !!! sors de là !!!

ekkooo a dit…

Parce qu'il y ait peu de chance qu'Ikare sorte de mon corps... :-p
(Note pour moi-même : arrêter les allusions graveleuses...)

AdaM a dit…

dit donc tu as fait des abdos vu la photo ? lol

ikare a dit…

il faudrait que je puisse y rentrer déjà! :D