dimanche 10 août 2008

Parce que je me suis fait virer du RAIDD bar cette nuit

Parce que je me suis fait virer du RAIDD bar cette nuit
Oui, oui, tu as bien lu...
Parce que c'est du grand n'importe quoi
Parce que, depuis quelques temps, j'avais pris l'habitude de finir certaines de mes soirées par un petit passage au Raidd Bar, le temps de 2/3 verres
Parce que loin d'être un habitué ou un pilier, je commençais à connaître quelques membres du personnel et à prendre mes habitudes
Parce que, là, maintenant, vous devez vous demander ce que j'ai bien pu faire...
Parce que je n'étais pas complètement torché (pour une fois), je n'ai pas cassé pleins de verres, je ne suis pas monté dans la douche, je ne me suis pas mis à poil (pour une fois...) dans la salle du rez-de-chaussé, je n'ai pas tripoter les serveurs torse nu lors de leurs passages près de moi, je n'ai allumé un lampe dans la backroom du sous sol pour voir les mecs en train de baiser, je n'ai pas pris de drogue en cachette dans les chiottes, je n'ai pas pissé partout sur les murs, je n'ai pas refusé de commander un verre, je n'ai pas bu plus que de raison, non, NON, NON.... j'ai fait bien pire....

Parce que vous voulez vraiment savoir ce que j'ai bien pu faire pour devoir quitter le bar en 5 minutes chrono, oui, oui, comme dans ces mauvaises émissions de realTV (Secret Story, Loft Story et autres...)
Parce que j'ai eu 5 minutes pour récupérer mon vestiaire (et encore parce que j'ai insisté pour y aller moi même) et dire au revoir à mes amis restés à l'intérieur (1 patron de bar du marais, 1 directeur de théâtre, 1 étudiant , 2 touristes américains, 1 touriste vénézuelien et 1 mexicain)

Mais qu'ai-je bien pu faire de si horrible...
J'ai osé fumer... à l'extérieur du bar... dans la partie réservée aux fumeurs du lieu...
Vous ne comprenez pas... moi non plus...
Mais j'ai bien compris le physio me dire "on t'a gentiment accepter dans notre établissement", "tu es sorti pour fumer mais tu ne retourneras pas à l'intérieur"...
Et ce n'est pas parce que j'ai parlé fort (je parlais certes mais pas plus fort que la moyenne et bien moins fort que d'autres qui n'ont eu droit qu'à un simple "chuuut" et on eu le droit de retourner à l'intérieur)

Pour être précis, j'accompagnais 2 amis (anglo-saxons) sortis pour fumer, on venait de sortir lorsque un mec (le patron a priori...) vient nous voir pour nous dire que l'on doit rentrer, je lui explique que l'on vient de sortir à l'instant et que mes amis vont allumer leurs cigarettes, il est suivi juste après par un mec de la sécurité qui nous répétera la même chose, et là il me dit que si moi je ne fume pas, je dois rentrer... (Je peux comprendre qu'ils soient un peu tendus en ce moment, car je n'arrête pas d'entendre des patrons de bars qui ce font verbaliser pour un oui ou pour un non depuis que Sarko a mis un de ses potes à la Préfecture de Police de Paris), je lui explique que je ne fume pas mais que je veux être avec mes amis... et là, non ce n'est pas possible... soit je fume soit je rentre... Comme je veux rester dehors, je décide d'allumer une cigarette... Même pas le temps de tirer trois lattes, et le mec de la sécurité vient me dire que je dois arrêter de crapoter et que je dois rentrer (jusque là ils me voulaient vraiment à l'intérieur...)
Parce que j'ai oser leur montrer que l'on n'avait pas fini nos clopes, il m'a répondu du tac au tac que c'était bon, que j'avais passé une bonne soirée ici mais que j'allais pouvoir aller voir ailleurs...

Parce que je suis content de quitter mercredi Paris pour Barcelone

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui bah comme je t'ai dit : moi, un soir de juillet, ils ont refusé de me laisser rentrer avec un ami parce que j'avais une bouteille de muscat dans mon sac (il restait un fond). Une fois finie (deux gorgées dument avalées sous les yeux du même mec qui t'a viré hier), et mise à la poubelle, ils ont tout de même refusé, sous prétexte qu'ils ne font pas rentrer des gens qui avaient des bouteilles auparavant...

Le monde est cruel : tu t'en remettras.

Anonyme a dit…

j'y suis allé avec une amie. Une fois rentrés, on lui a dit qu'il fallait avoir une paire de couilles pour y boire un verre. On est donc ressorti...
Verdict : je n'y retournerai pas.

L'anonyme étudiant a dit…

Morale de l'histoire, elle aurait du se déguiser en trav...

Baron Rouge a dit…

Mazette. Déjà que c'était pas juanita banana la nightlife parisienne, voilà qui fout le mort pour la rentrée. Vi(ll)e de merde.